mercredi 15 juin 2016

Mini Formats Série 6: Les Phares

  L'espoir est comme un phare
Il n'arrête pas la tourmente
Mais il guide toujours dans la bonne direction

J'ai toujours été impressionné par les phares. Enfant, je regardais leur lumière répétée sur la mer, je comptais les intervalles entre les signaux. J'avais appris pourquoi les feux étaient blancs, verts ou rouges; je savais la différence entre les phares à feu fixe et ceux à feu tournant. Je connaissais leurs noms: Eddystone, Longships, Les Pierres Noires, Armen, La Jument, Eckmühl, Le Stiff..., leur hauteur, leur portée, 4-18 km pour Le Creach d'Ouessant par temps de brume, 60 km par temps clair.
      Un jour, j'avais dix ans, j'ai eu l'autorisation d'entrer dans l'un d'eux. J'ai gravi les marches. J'ai senti l'odeur humide des pierres. Je suis monté jusqu'à la lanterne. J'ai vu les opalines, les cuivres. Sur le balcon qui fait le tour du vitrage, j'ai regardé l'horizon: pour la première fois, j'ai vu le cercle, celui au centre duquel on se trouve toujours quand on est sur la mer. J'ai su que j'y reviendrais.








 

 

  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...